Passer au contenu

/ École de santé publique

Je donne

Rechercher

Nomination des nouvelles directions de départements de l'ESPUM

À sa séance du 26 avril, le Conseil de l’Université de Montréal a procédé à la nomination de trois nouveaux directeurs de département à l’École de santé publique (ESPUM) pour un mandat débutant le 1er juin 2021 et se terminant le 31 mai 2025.

Roxane Borgès Da Silva

Sami Haddad

Bryn Williams Jones

  • Mme Roxane Borgès Da Silva a été nommée directrice du Département de gestion, évaluation et politique de santé (DGEPS).
  • M. Sami Haddad a été nommé directeur du Département de santé environnementale et santé au travail (DSEST).
  • M. Bryn Williams-Jones a été nommé directeur du Département de médecine sociale et préventive (DMSP). 

Mme Roxane Borgès Da Silva a une formation en économie de la santé et santé publique : maîtrise en économie de la santé de l’Université Aix-Marseille II en France et PhD en santé publique de l’Université de Montréal. Elle a poursuivi sa formation, au niveau postdoctoral, au Centre de recherche de l’hôpital St-Mary à l’Université McGill. Elle est actuellement professeure agrégée au DGEPS, un département qu’elle a rejoint en 2018, et chercheure régulière au Centre de recherche en santé publique de l’Université de Montréal (CReSP). Mme Borgès Da Silva s’est distinguée par son leadership scientifique et académique qui se reflète non seulement dans son portefeuille de subventions et son dossier de publications mais aussi son rayonnement. Elle est actuellement vice-présidente du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO), présidente de l’Association canadienne de recherche sur les services de santé, membre du conseil d’administration de l’Association latine pour l'analyse des systèmes de santé. Elle a tissé de solides liens de collaborations avec les établissements du réseau de la santé et des services sociaux et participe aux comités de gouvernance de plusieurs organisations. Elle assure une importante présence médiatique, étant sollicitée régulièrement pour donner son avis sur des enjeux reliés à la santé publique.

M. Sami Haddad a une formation initiale en biochimie. Il a ensuite effectué une maîtrise en hygiène du travail et complété un doctorat en santé publique à l’Université de Montréal. Il a poursuivi sa formation, au niveau postdoctoral, au laboratoire F. Hoffmann-Laroche en Suisse en toxicologie moléculaire. Il est actuellement professeur titulaire au DSEST, un département qu’il a rejoint en 2010, et chercheur régulier au Centre de recherche en santé publique de l’Université de Montréal (CReSP). Le cheminement académique de M Haddad montre un engagement important en recherche, une forte implication dans l’encadrement des étudiants aux cycles supérieurs et une contribution significative à la gestion des programmes de formation en santé environnementale. M Haddad est un chercheur de premier plan en toxicologie et analyse du risque, avec un leadership scientifique reconnu, démontré par ses publications, les subventions obtenues et le rayonnement de ses travaux. Il a assumé la gestion de plusieurs programmes de formation de deuxième cycle du DSEST entre 2011 et 2014. Depuis 2015, il dirige le programme de PhD en santé publique, l’un des plus gros programmes de troisième cycle de l’Université de Montréal.

M. Bryn Williams-Jones a une formation en bioéthique. Il a d’abord obtenu une maîtrise en sciences religieuses avec une spécialisation en bioéthique à l’Université McGill. Il a complété ensuite un doctorat en études interdisciplinaires à la University of British Columbia. Il a poursuivi sa formation, au niveau postdoctoral, à l’Université de Cambridge en Grande-Bretagne. Il est actuellement professeur titulaire au DMSP, un département qu’il a rejoint en 2005, et assure l’intérim à la direction du département depuis décembre 2020. La carrière professorale de Mr Williams-Jones a été marquée par un rôle de premier plan dans le développement du secteur de la bioéthique à l’Université de Montréal. Il a piloté la création de plusieurs programmes (PhD en bioéthique, mineure, nouvelles options de la maîtrise), développé de nombreux cours et contribué de manière significative à l’encadrement des étudiants dans ce secteur. M. Williams-Jones se distingue aussi par son rayonnement scientifique. Il est éditeur en chef de la Revue Canadienne de Bioéthique et co-responsable de l’axe éthique, gouvernance et démocratie de l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’intelligence artificielle et du numérique (OBVIA). Il est régulièrement sollicité par les médias pour apporter son avis dans le cadre de débats publics portant sur des enjeux éthiques.

Le doyen de l'École de santé publique de l'Université de Montréal, M. Carl Ardy-Dubois, a annoncé ces nominations cette semaine auprès de la communauté de l'établissement:

"Je félicite chaleureusement les trois nouveaux directeurs de département et les accueille avec beaucoup d’enthousiasme dans l’équipe d’officiers facultaires à l’ESPUM. Nous comptons fortement sur leur engagement, leur dynamisme, leurs talents et leur leadership pour la réalisation des divers chantiers que nous envisageons pour les prochaines années.

Je profite de l’occasion pour adresser, au nom de vous tous, nos plus vifs remerciements à la professeure Lise Lamothe et au professeur Jérôme Lavoué qui termineront, au 31 mai prochain, leur mandat intérimaire respectivement au DGEPS et au DSEST. Nous leur en sommes infiniment reconnaissants pour le travail effectué dans un contexte hautement turbulent. Je remercie également les membres des trois comités de consultation qui ont été constitués pour désigner les nouveaux directeurs de département."