Passer au contenu

/ École de santé publique

Je donne

Rechercher


Les chiffres au service de la santé

La biostatistique s’intéresse à la mise au point et à l’application de méthodes statistiques dans divers domaines liés à la santé, comme la santé des populations, la médecine et les autres sciences de la santé. Dans tous ces secteurs, l’analyse de problèmes ou d’enjeux à partir de données numériques est fréquente et nécessite l’application d’un raisonnement statistique rigoureux.

Les domaines de développement en biostatistique incluent l’inférence bayésienne, l’analyse des données de survie, l’analyse de données provenant d’essais cliniques et d’études épidémiologiques, la statistique spatiale, la statistique génétique, les analyses de données longitudinales et l’analyse des mégadonnées.

Étudier la biostatistique à l'ESPUM

Notre École se distingue entre autres par sa volonté d’habiliter les futurs professionnels de la santé publique à prendre des décisions fondées sur des données probantes. Pour ce faire, une formation de base en biostatistique est donnée dans la plupart de nos programmes d’études.

Une formation plus avancée en biostatistique est aussi possible grâce à l'option Biostatistique de la maitrise en statistique offerte conjointement avec la Faculté des arts et des sciences ainsi qu'à la spécialisation Pratique de la biostatistique de la maîtrise en santé publique de l’École.

Nos programmes en biostatistique

FAIRE UNE DEMANDE D'ADMISSION

À qui s’adressent les programmes de biostatistique ?

  • Aux détenteurs et détentrices d'un diplôme de 1er cycle provenant d’un large éventail de disciplines, y compris les sciences de la santé, les sciences biomédicales, la psychologie, la démographie, etc.
  • Aux étudiant·es ayant un intérêt marqué pour l’application des méthodes quantitatives dans le domaine de la santé des populations.
  • Aux candidats possédant une formation de base en statistique jugée satisfaisante.

Carrière et perspective d'avenir

Étant donné la pénurie d’une main-d’œuvre spécialisée en biostatistique, les diplômés dans le domaine ont d’excellentes perspectives de carrière, que ce soit au Québec ou ailleurs dans le monde.

Les diplômés peuvent travailler à titre d’analyste statistique ou de professionnel de recherche dans des organisations du système de santé, comme l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) ou l’Agence de la santé publique du Canada, des centres ou des équipes de recherche en milieu universitaire ou hospitalier ainsi que dans l’industrie pharmaceutique ou biotechnologique.

Nouvelles en biostatistiques

Simon de Montigny, professeur sous octroi adjoint, Département de médecine sociale et préventive
Simon De Montigny, professeur sous octroi adjoint, Département de médecine sociale et préventive
Les formations d’initiation au logiciel d’analyse quantitative SPSS en présentiel ont été suspendues en raison de la pandémie. Que cela ne soit pas un...