Passer au contenu

/ École de santé publique

Je donne

Rechercher

Témoignage

Doctorat en santé publique option Systèmes, organisations et politiques de santé

"Les échanges avec les professeurs de haut niveau et avec les collègues de différentes origines et de divers parcours sont un grand atout qui ont certainement bonifié mon projet de doctorat et ma formation en tant que future chercheuse."

Mon parcours académique n’est pas ce qu’on peut appeler de « linéaire ». J’ai commencé mes études universitaires au Brésil, mon pays d’origine, où j’ai complété un baccalauréat en sciences des aliments et une maîtrise en administration. Le doctorat faisait partie de mes plans depuis longtemps, car mon objectif professionnel est de poursuivre une carrière de recherche. Je me cherchais un programme qui m’apporterait de nouvelles connaissances tout en me permettant de continuer mes études sur les enjeux liés aux systèmes alimentaires, mon objet d’intérêt. C’est ainsi que j’ai choisi la santé publique!

L’École de santé publique (ÉSPUM) de l’Université de Montréal a attiré mon attention car c’est un établissement leader dans le domaine. L’ÉSPUM est devenue le premier établissement francophone agréé par le Council on Education for Public Health, seul organisme responsable de l’agrément des écoles et des programmes de santé publique dans le monde. L’ESPUM est un pôle d’excellence en enseignement et l’interdisciplinarité de son programme de doctorat est un atout indéniable.

Après avoir choisi le doctorat en santé publique et l’ESPUM, il me fallait trouver un directeur ou une directrice de recherche. D’ailleurs, il fallait choisir une option parmi les quatre offertes par l’ÉSPUM - l’épidémiologie, la promotion de la santé, la toxicologie et l’analyse des systèmes et politiques de santé. Dans mes recherches je suis tombée sur le programme In Fieri, coordonné par la professeure Pascale Lehoux. Le programme In Fieri porte sur la conception, le financement et la commercialisation de l’innovation responsable en santé. Après quelques échanges, j’ai été acceptée par Pr. Lehoux et mon projet de doctorat fut intégré à son programme de recherche. Ainsi, mon choix d’option dans le programme de doctorat est une conséquence de cela, car In Fieri fait partie de l’option « analyse des systèmes et politiques de santé ». Je suis maintenant à la quatrième année de mon doctorat et je trouve que l’option choisie m’a permis d’acquérir les connaissances théoriques et méthodologiques nécessaires à mon projet de thèse. D’ailleurs, les échanges avec les professeurs de haut niveau et avec les collègues de différentes origines et de divers parcours sont un grand atout qui ont certainement bonifié mon projet de doctorat et ma formation en tant que future chercheuse.

Retour à la liste complète des portraits