Passer au contenu

/ École de santé publique

Rechercher

Revoir nos séminaires en surveillance épidémiologique

Bernard-Simon Leclerc, professeur agrégé de clinique au Département de médecine sociale et préventive de l’ESPUM et responsable de l’option Surveillance épidémiologique de la maîtrise professionnelle en santé publique propose une série de 9 séminaires scientifiques en surveillance épidémiologique.

Cette série de séminaire est proposée sur l'heure du midi à l'ESPUM, mais également en webdiffusion en direct sur notre page Facebook.


Séminaire du 27 septembre 2018 intitulé : 

« Utilisation de données d’enquête en surveillance de la santé » présenté par Nicolas Gilbert, épidémiologiste à l’Agence de la santé publique du Canada, où il est responsable de la surveillance des couvertures vaccinales.

Dans cette présentation seront discutés les avantages et les inconvénients des données d’enquêtes en surveillance de la santé. Il s'en suivra une description des principales enquêtes utilisées par l’Agence de la santé publique du Canada, ainsi qu'un examen, à titre d’exemple, de l’utilisation des données d’enquêtes pour la surveillance des couvertures vaccinales au Canada.

Revoir le séminaire

Télécharger la présentation


Séminaire du 18 octobre 2018 intitulé : 

"Surveillance des inégalités sociales de santé au Québec" présenté par Carolyne Alix, démographe à l’Institut national de santé publique du Québec où elle coordonne les activités entourant l’élaboration et la mise en œuvre de la stratégie de surveillance des inégalités sociales de santé au Québec. 

À l’instar de plusieurs pays, le Québec s’est doté d’un Système de surveillance des inégalités sociales de santé dans le but d’informer, de sensibiliser et de mobiliser les acteurs quant à l’impact des inégalités sociales de santé et au potentiel de les réduire pour améliorer le bilan global de l’état de santé de la population. Ce système vise à présenter les tendances temporelles observées au cours des deux dernières décennies et les tendances spatiales de 18 indicateurs de santé ou de déterminants. Pour ce faire, les indicateurs de santé sont croisés par une variable de position sociale et les inégalités sont estimées à partir d’une série de mesures telles que la différence, le ratio, l’indice de concentration, la fraction et le nombre de cas attribuables dans la population. Cette diversité de mesures permet de dresser un portrait nuancé des écarts de santé selon différentes perspectives : en termes absolus ou relatifs, entre les groupes extrêmes de la population ou entre tous les groupes de la population.

Revoir le séminaire

Télécharger la présentation

Télécharger les documents additionnels 


Séminaire du 15 novembre 2018 intitulé : 

"Quelle est la contribution de la Table de concertation nationale en surveillance au processus de la surveillance de la santé de la population" présenté par Julie Soucy et Manon Blackburn - Direction générale adjointe la santé publique. Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, et secteur Planification, évaluation et surveillance, Direction de santé publique, CISSS de Montérégie-Centre.

La surveillance de l'état de santé de la population et de ses déterminants est une fonction essentielle de la santé publique, au même titre que la protection contre les menaces à la santé, la promotion de la santé et la prévention. Le Québec s'est doté non seulement d'un cadre législatif moderne en matière en surveillance, mais également des structures de concertation pour soutenir l'exercice de cette fonction à l'échelle provinciale et régionale. Un tel soutien demeure crucial, car les défis auxquels sont confrontés les équipes dédiées à la surveillance de l'état de santé de la population se transforment constamment. Le séminaire décrira les principales dispositions légales au Québec concernant la surveillance, résumera le mandat, la composition et le fonctionnement de la Table de concertation nationale en surveillance (TCNS) pour ensuite illustrer la contribution de celle-ci à l'exercice de la surveillance. Enfin, quelques-uns des défis liés à  la surveillance de la santé de la population à l'échelle régionale et provinciale seront abordés.

Revoir le séminaire

Télécharger la présentation


Séminaire du 6 décembre 2018 intitulé : 

« Éthique de la surveillance en santé publique » présenté par Michel Désy - Comité d'éthique en santé publique, Institut national de santé publique du Québec.

Michel Désy possède un doctorat en philosophie de l'Université de Montréal. Il est conseiller spécialisé en éthique à l’INSPQ depuis 2010. Il est secrétaire du Comité d’éthique de santé publique. Il est aussi chargé d’enseignement en éthique au Département de médecine sociale et préventive de l’ESPUM. 

La conférence traite des dimensions éthiques de la surveillance et du rôle du Comité d’éthique de santé publique dans l’examen des projets de surveillance au Québec, à l’aide d’exemples concrets d’enjeux récurrents.

Revoir le séminaire

Télécharger la présentation


Séminaire du 31 janvier 2019 intitulé : 

"Analyse de tendance et méthodes de prévision en surveillance" présenté par Kate Zinszer, professeure adjointe au Département de médecine sociale et préventive de l'Université de Montréal (ESPUM) en santé mondiale et chercheuse régulière à l’Institut de Recherche en Santé Publique de l’Université de Montréal (IRSPUM).

Cette présentation est une introduction du concept de la tendance (basée sur les données de surveillance). Elle traite des différentes approches pouvant être utilisées pour décrire et quantifier une tendance et de la manière dont les tendances sont utilisées pour les systèmes d'alertes précoces et la prévision de la charge de morbidité.

Revoir le séminaire

Télécharger la présentation


Séminaire du 12 février 2019 intitulé : 

"Utilisation des projections sociosanitaires en surveillance" présenté par Ernest Lo - Bureau d'information et d'études en santé des populations, Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), et Département d'épidémiologie, de biostatistiques et de santé au travail, Université McGill.

Les projections sociosanitaires représentent un outil fort pertinent pour la planification en santé publique, notamment pour prévoir l’évolution de l’ampleur des problèmes de santé, les coûts et les services associés, de même que pour aider le développement de programmes et l’établissement de cibles à atteindre. Cependant le calcul des projections  nécessite une expertise spécialisée et non-conventionnelle. Il est par ailleurs généralement exigeant en ressources et reste donc peu applicable  pour la plupart des acteurs de surveillance. Dans cette présentation, je vais faire un survol historique de l’utilisation des projections sociosanitaires dans le réseau de santé publique du Québec. Je vais aussi illustrer deux exemples concrets de projections, le cancer et le poids corporel, ainsi que leurs contextes et enjeux particuliers. Finalement je vais décrire le développement en cours d’un outil de projection qui devrait rendre possible la production rapide et en lot de projections pour mieux répondre aux besoins de planification et d’élaboration de programmes.

Revoir le séminaire

Télécharger la présentation


Prochain séminaire en surveillance épidémiologique le jeudi 7 mars 2019

"Utilisation des données de labovigilance du Laboratoire de santé publique du Québec aux fins de vigie sanitaire et de surveillance épidémiologique" présenté par le Dr Réjean Dion - Laboratoire de santé publique du Québec et Direction des risques biologiques et de la santé au travail, Institut national de santé publique du Québec.

Résumé : 

La labovigilance (définie comme la surveillance ou vigie sanitaire basée sur les analyses de laboratoire [dont les tests de confirmation, de différenciation et de caractérisation des agents microbiens pathogènes]) effectuée au LSPQ de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) est en support aux autorités de santé publique. Celle-ci sert à détecter les agrégats ou éclosions ainsi que l'émergence ou la résurgence de certaines maladies infectieuses (MI), à déterminer le profil épidémiologique de ces MI selon les caractéristiques de temps, lieu et personne de base, et à démontrer indirectement l'impact des mesures de contrôle et des stratégies préventives appliquées par le réseau de la santé publique. Elle a ses forces et ses limites, inhérentes au degré d'exhaustivité de capture des cas (ou souches/spécimens-patients), variable selon l'entité, et aux renseignements disponibles concernant ceux-ci. Si certaines conditions sont satisfaites, elle est autoportante et n'est pas limitée à un service pour la surveillance des MI dite intégrée (c.-à-d. constituée de diverses sources [ex.: maladies à déclaration obligatoire, résultats de tests de laboratoire, surveillance en salubrité alimentaire, en santé animale et vectorielle, couverture vaccinale, etc.]). Ce séminaire illustrera plusieurs exemples de labovigilance et stimulera la participation de l'auditoire avec des questions interactives sur ces concepts et l'interprétation des résultats produits au moyen de cette discipline méconnue.

 

Jeudi 7 mars 2019 de 12 h à 13 h

Local 3022 - Pavillon 7077 Avenue du Parc

La conférence sera également accessible en webdiffusion sur la page Facebook de l'ESPUM

Cliquez ici pour vous inscrire