Passer au contenu

/ École de santé publique

Rechercher

Séminaire scientifique en surveillance épidémiologique

Utilisation des projections sociosanitaires en surveillance

Bernard-Simon Leclerc, professeur agrégé de clinique au Département de médecine sociale et préventive de l’ESPUM et responsable de l’option Surveillance épidémiologique de la maîtrise professionnelle en santé publique propose une série de 9 séminaires scientifiques en surveillance épidémiologique.

Prochain séminaire : 12 février 2019

Salle 542, de 12 h à 13 h - Pavillon 7077 avenue du Parc

"Utilisation des projections sociosanitaires en surveillance" présenté par Ernest Lo, Bureau d'information et d'études en santé des populations, Institut national de santé publique du Québec, et Département d'épidémiologie, de biostatistiques et de santé au travail, Université McGill.

 

Biographie du conférencier :

Ernest est statisticien et chercheur d'établissement à l'Institut national de santé publique du Québec. Il est aussi professeur associé au département d'épidémiologie, biostatistique et la santé au travail de l'Université McGill. Il a fait son doctorat à l'Université Princeton. Ernest fournit un soutien méthodologique pour divers projets de surveillance. Il contribue, par ses travaux de recherche et ses publications, à instaurer des meilleures pratiques dans les analyses statistiques qu'utilisent les acteurs de surveillance au Québec et ailleurs. Ses dossiers principaux incluent la mesure des inégalités sociales de santé, l'amélioration des indicateurs de santé populationnelle et les projections sociosanitaires.

 

Résumé de la conférence :

Les projections sociosanitaires représentent un outil fort pertinent pour la planification en santé publique, notamment pour prévoir l’évolution de l’ampleur des problèmes de santé, les coûts et les services associés, de même que pour aider le développement de programmes et l’établissement de cibles à atteindre. Cependant le calcul des projections  nécessite une expertise spécialisée et non-conventionnelle. Il est par ailleurs généralement exigeant en ressources et reste donc peu applicable  pour la plupart des acteurs de surveillance. Dans cette présentation, je vais faire un survol historique de l’utilisation des projections sociosanitaires dans le réseau de santé publique du Québec. Je vais aussi illustrer deux exemples concrets de projections, le cancer et le poids corporel, ainsi que leurs contextes et enjeux particuliers. Finalement je vais décrire le développement en cours d’un outil de projection qui devrait rendre possible la production rapide et en lot de projections pour mieux répondre aux besoins de planification et d’élaboration de programmes.

 

Pour vous inscrire, cliquez ici.

 

Vous pourrez également suivre ce séminaire en webdiffusion sur la page Facebook de l'ESPUM.