Passer au contenu

/ École de santé publique

Rechercher

Navigation secondaire

Chaire de recherche du Canada en déterminants précoces de la maladie chronique à l’âge adulte

Chaire de recherche du Canada

Responsables :

Autre courriel : jennifer.oloughlin@umontreal.ca

Web : Autre site web

Web : Page Facultaire (départementale, école)

Information : 514 890-8000 #15858

Une once de prévention : contrer les quatre grands tueurs avant qu’ils ne frappent


Pour une population vieillissante, chaque percée dans les soins aux personnes atteintes de cancer ou chaque nouveau traitement de la cardiopathie s’accompagne d’un soupir de soulagement. Ces deux maladies, de même que le diabète et les troubles respiratoires, sont responsables de 75 p. 100 des décès au Canada.

Toutefois, bien que chaque percée soit importante, les Canadiens ne peuvent se fier uniquement aux nouveaux traitements. Le coût lié au traitement de ces quatre maladies chroniques est, en soi, une raison suffisante : 40 milliards de dollars par année en coûts directs et indirects, chiffre qui devrait augmenter au cours des années à venir. Ces maladies mobilisent déjà le tiers des ressources hospitalières. Abstraction faite du volet économique, un fait demeure : aucun traitement ne sera efficace en tout temps – la meilleure option consiste donc à éviter l’apparition de ces maladies.

En tant que titulaire de la Chaire de recherche du Canada en déterminants précoces de la maladie chronique à l’âge adulte, Mme Jennifer L. O’Loughlin veut s’assurer que nous faisons tout ce que nous pouvons pour aider la prochaine génération de Canadiens à éviter le fardeau de la maladie chronique. Qui plus est, elle veut s’assurer que la promotion de la santé est axée sur tous les Canadiens, et non uniquement sur ceux qui présentent un risque élevé. Cela signifie qu’il faut commencer dès l’enfance, où débutent, comme la recherche semble l’indiquer, de nombreuses maladies chroniques. Elle examinera aussi les causes environnementales et génétiques de la maladie qui, comme la recherche le laisse présager de plus en plus, pourraient jouer des rôles clés.

Sa recherche inclura des études à long terme, portant sur des enfants et des adolescents, où elle tentera de comprendre l’importance relative des causes génétiques, comportementales et environnementales sur des problèmes courants, comme la résistance à l’insuline, l’obésité et la dépendance à la nicotine. Ensuite, Mme O’Loughlin concevra, mettra en œuvre et évaluera divers programmes de promotion de la santé qui tenteront de prévenir l’apparition de ces affections.

Tout au long de sa carrière en recherche, Mme O’Loughlin s’est non seulement efforcée de découvrir de nouvelles stratégies de prévention, mais elle s’est aussi engagée à les échanger avec les praticiens. Son travail donnera lieu à de nouvelles politiques et à de nouveaux programmes de promotion, nous enseignant comment créer une génération de Canadiens en meilleure santé, qui pourra compter sur bien davantage que la chance pour éviter les maladies chroniques qui frappent aujourd’hui un si grand nombre de personnes.

Équipe

Expertises

  • Sciences de la santé
  • Sciences sociales et humaines
  • Sciences de la vie
  • Canada
  • 1989-2000
  • 2000 à nos jours

Informations supplementaires

Consultez cette fiche sur :